Permanence: 07 82 08 33 67

Guide des bons usages de l’accompagnement

 

  • La sortie culturelle organisée dans le cadre du Forum Y’ACA doit se faire avec simplicité mais toujours dans le respect réciproque de l’autre.
  • Le handicap ne doit pas être source de malaise. La personne accompagnée ne doit pas hésiter à exprimer ses besoins et attentes, tout comme la personne accompagnante doit proposer son aide et poser des questions sur la meilleure façon d’agir.
  • Ne craignez pas d’utiliser le vocabulaire renvoyant à la marche, à la vue, ou à l’audition.
  • Le handicap peut prendre plusieurs formes et n’est pas toujours visible. Il ne faut pas hésiter à communiquer et échanger.
  • Les personnes accompagnantes sont là pour accompagner une personne handicapée à une sortie culturelle et partager ce moment avec elle. Elles ne sont pas au service de la personne handicapée.
    • Prise en charge de la billetterie :

      – La personne accompagnée prend en charge son billet et son déplacement (si Mobibus, Tram …)
      – Culture Hors Limites prend en charge la place de la personne accompagnante jusqu’à 20€ maximum. Au-delà, la personne accompagnée prend en charge la différence.
      – Pour les réservations des places de spectacles ou sorties culturelles,  Culture Hors Limites réserve les places auprès des structures culturelles.

     

     

    Le handicap moteur

    Le handicap moteur peut toucher un membre ou l’ensemble du corps. Ainsi, les personnes atteintes de ce handicap se déplacent soit debout en s’aidant d’une canne, soit en fauteuil roulant. En pratique, les déficiences motrices engendrent une gêne ou un empêchement dans les déplacements, la préhension d’objets et parfois la parole.

    • Assurez-vous que la personne peut accéder à votre lieu de rendez-vous.
    • Marchez à côté d’elle en respectant son rythme.
    • Indiquez-lui les changements de direction et laissez-lui l’usage des rampes et plans inclinés.
    • Certaines personnes peuvent avoir une élocution difficile, du fait d’un handicap moteur cérébral ou de séquelles d’un traumatisme crânien. Leur intelligence n’est pas altérée, parlez-leur normalement et laissez-leur le temps de vous répondre.

    Le handicap visuel

    Le handicap visuel recouvre des réalités variées, s’échelonnant d’un trouble visuel à une cécité complète. Un malvoyant dans la rue ou un aveugle à son bureau ne se distingue pas toujours.

    • N’hésitez pas à parler, à interpeller la personne pour qu’elle sache que vous lui parlez, à décrire ce qui se passe autour de vous.
    • Lorsqu’une personne handicapée est aidée d’un chien d’assistance, considérez que cet animal travaille; saluez la personne avant l’animal. Ne le caressez qu’après avoir demandé l’autorisation à son maître.
    • Un mal ou non voyant peut se déplacer sans aide, même s’il est parfois gêné par un obstacle. N’hésitez pas à lui signaler les obstacles ou à lui proposer votre bras.
    • Accompagner ne veut pas dire diriger.
    • Annoncez les changements de direction ou de relief.

    Le handicap auditif

    Qu’il soit de naissance, dû à une maladie ou à un accident, le handicap auditif compromet sensiblement la communication et l’accès à l’information si l’environnement n’y veille pas. La personne sourde ou malentendante développe sa propre stratégie pour contourner son handicap et communiquer.

    Les personnes sourdes ou malentendantes peuvent souvent lire sur vos lèvres (lecture labiale) :

    • Assurez-vous que la personne vous regarde et que votre bouche soit bien visible.
    • Ne criez pas, parlez clairement à un rythme modéré en articulant.
    • Faites des phrases courtes et utilisez des mots simples.
    • Reformulez plutôt que de répéter une phrase non comprise.
    • Accompagnez vos paroles de gestes simples et d’expressions du visage.
    • Ne parlez pas en marchant.

    Le handicap mental

    Le handicap mental est la conséquence sociale d’une déficience intellectuelle. Quelles que soit l’origine de l’handicap, toutes les personnes concernées ont en commun le besoin d’acquérir le plus d’autonomie possible et de vivre parmi les autres.

    Du fait de leur déficience intellectuelle, les personnes en situation de handicap mental ont des difficultés spécifiques pour : mémoriser et évaluer les information., fixer leur attention, évaluer le temps, apprécier la valeur de l’argent, maîtriser les règles de communication et de vocabulaire, appréhender les conventions et règles tacites., maîtriser la lecture et l’écriture.

    • Souriez ! L’expression avenante de votre visage mettra votre interlocuteur en confiance.
    • Parlez normalement en utilisant des phrases simples et évitez les détails.
    • Prenez le temps d’écouter et de comprendre.
    • Ne manifestez pas d’impatience.
    • De nombreuses personnes handicapées mentales sont autonomes dans leurs déplacements, mais elles ont parfois besoin d’aide. Demandez-lui avant de lui prendre le bras pour la guider.